Actualités

Elysee 0

Article Ouest France de ce mercredi 25 septembre

lundi 30 septembre 2019

Article Ouest France de ce mercredi 25 septembre

Le Mans. 52 élèves de Saint-Julien ont visité l’Élysée

Ils ont passé deux heures ce mardi 24 septembre au palais de l’Élysée. Le Président n’était pas là, mais leur guide particulier leur a fait visiter salles et salons du rez-de-chaussée.

Ils étaient attendus à 10 h tapantes. Ils y étaient les 47 collégiens de 6e et les 5 élèves de CE1 de Saint-Julien au Mans. En ce jour de grève annoncée à la SNCF et donc de risque de bouchons, ils avaient pris leurs précautions en quittant Le Mans à 4 h 30.

Là-bas, un guide particulier les a accompagnés dans les différentes salles et salons du rez-de-chaussée du palais de l’Élysée. Comme il a connu tous les présidents de la République depuis Jacques Chirac, il a pu apporter quelques anecdotes sur leurs habitudes.

Elysée 1     Elysée 3

Les élèves ont parcouru toutes les salles de réception et salons du rez-de-chaussée du palais présidentiel. | DR

Autour de la table du conseil des ministres

Les élèves ont été particulièrement impressionnés par « la cour d’honneur », « la salle des fêtes et ses lustres », « les peintures au mur » et l’énorme canapé blanc et rond, « très doux et très confortable », installé dans la salle où se tiennent les apartés après le conseil des ministres. Durant quelques instants, ils ont pris la pose autour de la table du conseil des ministres.

Elysée 2

 

C’est là que se tient chaque mercredi matin le conseil des ministres. | DR

C’était la deuxième leçon d’éducation civique de l’année pour ces élèves.

« Une récompense pour leur grand investissement lors du travail sur les institutions françaises et européennes en mai », rapporte Aline Bouillon, la directrice de l’école. En juin, les CM2 ont visité l’Assemblée nationale avec le député Damien Pichereau. Et les élèves de CE1 avaient pris leur plus belle plume pour demander à Emmanuel Macron de les recevoir. La maîtresse avait indiqué qu’il s’agissait d’« élèves méritants ». L’argument a dû faire mouche… Mais le président n’était pas là. Il est à New York.